Travaux en 2024

Après plus de deux mois de travaux, La Granvillaise va être remise à l’eau vendredi 19 avril prochain. Tout cela a été possible grace à la mobilisation totale du chantier Duboscq et d’une vingtaine de bénévoles. Un grand merci à eux !

Début 2024, La Granvillaise est positionnée sur le terre-plein afin de réaliser le carénage et les travaux courants. Après la tempête Ciaran, nous avons constaté des dégradations au niveau de l’étrave à tribord. Ceci nous a conduit à faire des investigations plus approfondies.

L’étrave est très abimée. Le démontage a mis à jour la nécessité de la remplacer ainsi que le marsouin et une trentaine de bordés. En parallèle, la lisse tribord et le couronnement sont remplacés.

De gros travaux, certes, mais qui ne mettent pas la structure du bateau à mal. Le chantier Duboscq accompagné de bénévoles très motivés s’est mis au travail dès le 26 janvier.

Nous restons prudents mais confiants pour une remise à l’eau courant avril.

Peak avant grand ouvert

Réunion de chantier
Grutage du mât de misaine
Belles membrures état impeccable
Belle vue tribord
Des adhérents motivés coordonnés par Jacques Besneville
Marsouin avant démontage
Marsouin démonté. Etat impeccable.
Un marsouin tout neuf. Du travail d’art ! Belle pièce, mon Amiral !
Nouvelle étrave en cours de fabrication
présentation du marsouin le 27 février
Notre président Milou sur le chantier by Jean-Paul Travers
marsouin : pièce de bois assemblant, à l’intérieur, la quille à l’étrave, comme le brion le fait à l’extérieur
Pendant ce temps-là à Saint Pierre Langers, Elianne et Joël ont fini de découper, coudre et de poser les protections des espars avec du cuir d’une demi-peau de vache venue directement de l’Aveyron. Du travail de pro !
Mise en forme de l’étrave
Marsouin positionné le 1er mars
Et pendant ce temps-là, d’autres bénévoles travaillent à Saint Pierre Langers
Pose de la nouvelle étrave le 3 mars. Lilian Fortin à la manoeuvre.
Aurèle présente l’étrave sur le marsouin.
En route pour une séance de méccano. Pièces métalliques traitées contre la corrosion et thermo-laquées.
Du bel inox pour une belle bisquine !
Bénévoles de choc au chantier Duboscq. Travaux de peinture sur les pièces de bois. De gauche à doite : Claude, Pascal Eve du chantier, Milou, Joël et Julien.
Collier ouvrant de queue de mallet en cours de mise en place, après peinture et fourage cuir. Notre coordianteur du chantier, Jacques Besneville en clin d’oeil !
Les amis Blanchard au travail
On profite du beau temps du 6 mars pour avancer dans les peintures.
Belle équipe à bord pour préparer une belle saison.
Grâce à toutes les bonnes volontés, les travaux bien cadencés permettent d’être confiants pour un début de saison pas trop retardé.
Ça y est, l’étrave est définitivement à poste. Protégée, ajustée, solidarisée. La précision de l’ajustement avec les anciens bordés bâbord est remarquable. Grand merci aux charpentiers, appliqués et patients.
La pose de l’étrave est l’étape la plus délicate et la plus importante dans cette restauration.
Vue sur le terre-plein avec La Granvillaise et Charles Marie, presque les pieds dans l’eau. By C. Wolfrom
Aurèle à la manoeuvre pour la pose définitive du premier bordé. Photo JJ. Rebours
ajustage du 2ème bordé. Tout l’art des charpentiers marines!

Côté bordés tribord : plus que deux et finition du pavois. Belle vue sur les finitions du couronnement avec deux belles poulies havraises qui supportent les écoutes du taillevent.

Vue globale du chantier au 26 mars. Aurèle et Lilian, principaux charpentiers sur les bordés. Au milieu, dernières préparations pour la lisse tribord. Là c’est Pascal Eve qui opère.

Bordage terminé à tribord et pratiquement fini à babord le 27 mars. Dans l’écubier, on aperçoit Pascal Eve qui a participé à la construction de La Granvillaise en 1988, aux travaux de 2008 et encore aujourd’hui pour le chantier 2024.

Milou, notre président à droite, Claude au centre et Jacques, coordinateur du chantier.

Nicolas, adhérent très engagé pendant tout le chantier, mastique pour préparer la repose de la bande molle.

A droite, Pascal prépare la forme pour l’écubier. En haut, Aurèle et Lilian, les pros du calfatage.

Préparation du brai minéral pour étanchéifier les fonds du peak avant. Un peu de culture… Le brai de pétrole est un résidu pâteux de la distillation du goudron ou du pétrole. Il est solide à température ordinaire et est composé d’un mélange d’hydrocarbures aromatiques et hétérocycliques.

Pose des cadènes métallisées (peinture epoxy à chaud).

Ajustage du chapeau par Aurèle.

Lilian, Thomas et Aurèle sur les finitions : un trio très pointu et efficace.

L’écubier, pièce en fonte de près de 10kg a été ajustée et posée par Pascal (dit Papy).

10 avril : pose du boute-dehors. Celui-ci a été saturé et pas vernis comme par le passé. Contrairement au mât de beaupré qui est fixe, le boute-dehors est amovible. Le blin est la pièce ronde qui permet le passage de ce dernier. A la base se trouve un diabolo qui facilite le mouvement.

Même jour, repose de la bande molle et soudure. Réalisation : Vincent Bauché métallerie Granville.